• 08.05.2018
  • Medienmitteilung
  • SDA

Un rapport ambigu selon un chercheur de l'Université de Zurich

Genom Editierung (Quelle: The Broad Institute)
×
Genom Editierung (Quelle: The Broad Institute)
Genom Editierung (Quelle: The Broad Institute)

Le rapport de la commission fédérale d'éthique sur les nouveaux procédés en biogénétique ne convainc pas le chercheur Philipp Aerni, directeur du Centre pour la responsabilité entrepreneuriale et la durabilité à l'Université de Zurich. Ses conclusions sont selon lui ambigues et peu claires. Le comité d'éthique a décidé de ne pas présenter des points de vue différenciés.

Il affiche un consensus qui rend les conclusions de ce rapport ambigues et peu claires. La commission ne soutient, ni ne s'oppose à l'application des nouveaux procédés (appelés "édition génomique") dans l'agriculture, selon M. Aerni, également membre du Forum Recherche génétique de l'académie suisse des sciences naturelles. Elle se contente de présenter le principe de précaution comme un instrument de prise de décision éthique. Cependant, le passé a montré que le principe de précaution est très politisé et est lié aux émotions de la peur.

Il permet peut-être de gérer l'ampleur des risques, mais le seuil d'acceptation de ces risques est une décision politique. Pour M. Aerni, les politiciens devraient commencer à se poser de nouvelles questions. Pas seulement se demander s'il est éthique d'autoriser une nouvelle technologie, si c'est important pour la société, mais si c'est éthique d'empêcher strictement une nouvelle technologie. Pour lui, l'immobilisme conduit à des dommages collatéraux à l'environnement et à la société, preuve en est les pratiques actuelles peu durables dans l'agriculture.

Selon le chercheur, le principe de précaution a été utilisé jusqu'à présent comme un instrument de prévention en Suisse et le génie génétique en agriculture est devenu tabou. Le moratoire a été prolongé pour la troisième fois en 2017 au nom de ce principe, alors que 13 ans ont passé depuis l'acceptation par le peuple de l'initiative pour la protection génétique en 2005. Entretemps, beaucoup de recherches ont été effectuées sur les risques des plantes génétiquement modifiées et les résultats sont nettement moins alarmants que ce que l'on redoutait. Le monde politique ignore ces conclusions.

  • Verknüpfungen

Genom Editierung (Quelle: The Broad Institute)
  • 08.05.2018
  • EKAH
  • Medienmitteilung

Vorsorge im Umweltbereich – ethische Anforderungen an die Regulierung neuer Biotechnologien

Die Entwicklung des Genome Editing – d.h. neuer Verfahren, die punktuelle Eingriffe ins Erbgut ermöglichen – schreitet rasch voran. Für Anwendungen im Bereich der Umwelt berufen sich die zuständigen Behörden auf das umweltrechtliche Vorsorgeprinzip. Sie halten deshalb die strengen rechtlichen Anforderungen, wie sie für die Gentechnik gelten, auch bei diesen neuen biotechnologischen Verfahren derzeit für gerechtfertigt. Andere kritisieren, das Vorsorgeprinzip schränke Forschung und Entwicklung unzulässig ein. Die Eidgenössische Ethikkommission für die Biotechnologie im Ausserhumabereich (EKAH) kommt in ihrem Bericht zum Schluss, dass der Vorsorgegedanke ethisch begründet ist und deshalb rechtlich konsequent gestärkt und umgesetzt werden muss.
Absender

SDA